Littérature scientifique
  • Aire Langage
  • -
  • Langage écrit
  • -
  • Troubles neurodéveloppementaux
  • -
  • Enfant

Résumé de l'article "Neuroanatomie de la dyslexie développementale : pièges et promesses".

-

L’article référent présente une vue d'ensemble des différences neuroanatomiques entre des individus dyslexiques et neurotypiques, découvertes au cours de ces 30 dernières années grâce à l’IRM. Le but principal est de démontrer des incohérences perpétuées dans la littérature sur le sujet, notamment en ignorant des résultats qui ne vont pas dans le sens global de l’image idéalisée de la neuroanatomie de la dyslexie. Les auteurs ont également inclus une discussion sur les différences méthodologiques qui compliquent la convergence entre les études, ainsi que les risques liés aux échelles d’études trop petites, celui de créer un consensus potentiellement erroné.

Publication d'origine : Ramus, F. et al. (2018). Neuroanatomy of developmental dyslexia: Pitfalls and promise. Neuroscience and Biobehavioral Reviews 84, 434–452.

thumbnail

D'où vient cet article ?

Cet article provient de la Happyneuron Academy, un espace personnalisé de Ressources, de Formations et de Partage d'expérience dédié aux orthophonistes !

thumbnail

Depuis plusieurs années, de très nombreuses études se sont intéressées à la neuroanatomie de la dyslexie développementale, ce trouble neurodéveloppemental altérant spécifiquement l’acquisition de la lecture. De multiples hypothèses ont été émises sur l’origine neuroanatomique de ce trouble cognitif, et de nombreux consensus ont été établis. L’article référent, que nous résumons ici, présente une vue globale des différences neuroanatomiques entre individus dyslexiques et neurotypiques, et se propose de reconsidérer les consensus existants. Il pointe les faux consensus, qui ont été établis en faisant fi des incohérences présentes dans la littérature, en écartant les résultats divergents et en passant outre les divergences méthodologiques qui compliquent la convergence des études. 



Différences neuroanatomiques mises en lumière dans la littérature


Différences dans les mesures cérébrales globales 



Volume cérébral total


Le volume total du cerveau des personnes dyslexiques a été analysé dans de nombreuses études, et pourrait constituer un point de différenciation neuroanatomique de la dyslexie. Néanmoins, dans ces nombreuses études, la nature précise de ce qui était mesuré variait : 


  • - Le volume total de la matière grise (GMV) ou de la substance blanche (WMV) ;

  • - Le volume total du cerveau (TBV), incluant la matière grise sous-corticale mais excluant le cervelet ;

  • - Ou le volume intra-crânien total (TIV), incluant matière grise, matière blanche, méninges et liquide cérébro-spinal.


Cette variation des structures mesurées rendait difficile l’extraction de différences neuroanatomiques véritablement notables. Les auteurs de l’article référent ont donc réalisé une méta-analyse sur 18 études, portant sur tous les types de mesures existantes (GMV, WMV, TBV et TIV). Les résultats de cette méta-analyse montraient un volume cérébral total plus petit chez les personnes dyslexiques que chez les neurotypiques, quel que soit le type de mesures prises en compte. 


Afin d’éliminer un biais possible, les auteurs ont analysé la corrélation de ces résultats avec l’indice de QI. Il existe en effet, dans la population générale, un lien de corrélation établi entre QI et volume cérébral. Les auteurs ont donc vérifié que ce lien n’expliquait pas mieux la différence de volume entre cerveau dyslexique et neurotypique. En appariant les individus selon l’indice ICV ou l’indice total de QI, les auteurs ont retrouvé une différence significative persistante du volume cérébral total chez les dyslexiques, ce qui signifierait que le QI n’était pas responsable de cette différence. 


Un autre biais possible est celui de la taille totale des individus, positivement corrélée au volume crânien et cérébral. Malheureusement, aucune étude ne fournissait de données satisfaisantes pour évaluer l’importance de ce biais.


Asymétrie cérébrale


Dans la population neurotypique, il existe une asymétrie cérébrale déjà bien documentée : le lobe frontal droit est plus large que le gauche, et inversement pour le lobe occipital. Quelques études se sont intéressées à l’asymétrie cérébrale des personnes dyslexiques, et ont trouvé, au niveau du lobe occipital, une asymétrie droite plutôt que gauche, ou alors une symétrie des deux lobes occipitaux. Néanmoins, ces études sont trop peu nombreuses, et sans réplication satisfaisante, pour que leurs résultats soient véritablement considérés comme concluants. 



Gyrification du cerveau


La gyrification du cerveau, c’est-à-dire le processus de formation des plis caractéristiques du cortex cérébral, a également été comparée entre individus dyslexiques et neurotypiques. Néanmoins, ce type d’études est très récent, comporte donc un nombre trop bas d’expérimentations, et il n’a pas été possible d’en répliquer les quelques résultats obtenus.


Ainsi, si la méta-analyse des auteurs appuient le constat d’une réduction du volume cérébral total chez les personnes dyslexiques, les tenants et les aboutissants d’un tel constat restent inconnus : est-ce le faible volume cérébral qui est un facteur susceptible de provoquer des troubles développementaux tels que la dyslexie, ou est-il la conséquence de perturbations dans le développement du cerveau, entraînant parallèlement des troubles neurodéveloppementaux ?

 


Différences dans les morphométries


Morphométrie basée sur les voxels


La morphométrie basée sur les voxels (ou voxel-based morphometry, VBM) est une technique d’imagerie permettant de mesurer la densité de la matière grise, et d’en faire une carte 3D. Une vingtaine d’études ont eu pour but d’examiner les différences structurelles de densité de matière grise entre les individus dyslexiques et neurotypiques (enfants et adultes). Des revues de littérature, s’appuyant sur ces études, ont constaté une convergence des résultats vers l’existence de variations des densit…

cadenas

Cet article est réservé aux abonnés Happyneuron

Pour lire les 80% restants, abonnez vous !

ACCÈS GRATUIT

logo
  • check

    Accès illimité dans le temps à Happyneuron

  • check

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check

    Accès aux articles ouverts à tous

  • cross disabled

    Accès aux contenus premium

JE M'INSCRIS GRATUITEMENT

En savoir plus

EN DEVENANT Abonné

premium
  • check white

    Accès illimité dans le temps à Happyneuron

  • check white

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check white

    Accès aux articles ouverts à tous

  • check white

    Accès aux contenus premium

Je m'abonne

Réservé uniquement
aux orthophonistes.

Cet article vous intéresse ?
Allez plus loin et découvrez nos suggestions sur ce thème.