Article
  • Langage écrit
  • -
  • Enfant

Représentations de l'orthographe chez de jeunes dysorthographiques

-

Sur un socle sociolinguistique, l’article vise à étudier les représentations de l’orthographe qu’ont des écoliers et collégiens. Entre juin et septembre 2016, 15 orthophonistes normandes ont été sollicitées pour faire passer oralement un questionnaire sur l’orthographe à leurs jeunes patients (entre 8 et 15 ans), principalement dysorthographiques. A travers cette enquête, il s’agissait de mieux connaitre les rapports des élèves-patients à l’orthographe, de voir comment ils la décrivaient, l’importance qu’ils lui accordaient, s’ils la critiquaient, la défendaient.

thumbnail

D'où vient cet article ?

Cet article provient de l'Happyneuron Academy, le lieu d'apprentissage digital dédié aux orthophonistes. Accédez gratuitement à votre plateforme de formation, d'échange et de veille professionnelle, réservée aux orthophonistes en suivant le lien à la fin de cet article.

thumbnail

Constitué de données recueillies en cabinets d’orthophonie, ce corpus contribue, à son échelle, à une meilleure connaissance des représentations sur l’orthographe chez de jeunes scripteurs suivis en orthophonie, surtout pour dysorthographie. Il apparait que chez eux, l’orthographe demeure un objet mal circonscrit, avec à la fois une vision tantôt restrictive tantôt extensive. Les enfants/adolescents sont conscients que l’orthographe est un facteur de discrimination, d’exclusion sociale. Elle est clairement investie d’enjeux (affectifs, scolaires, socioprofessionnels, identitaires, fonctionnels)exprimés et ressentis par les enquêtés, même les plus jeunes. 


Dans cet article, nous allons nous focaliser sur la partie dédiée aux avis des jeunes patients (principalement dysorthographiques) sur la simplification de l’orthographe.

Les avis sont partagés, comme le montre ce graphique :

Source : Lenfant M. « Représentations de l’orthographe chez des élèves de primaire et de collège suivis en orthophonie », in Mortamet C. (Dir.) 2019.


Un bloc de réformistes plutôt homogène


Si on simplifie, ce sera plus « facile ». Chez les enquêtés, c’est cet argument qui ressort prioritairement : « Bah ce sera facile pour les exercices. La maîtresse nous donne des exercices et elle sera fière de nous. Si on travaille bien elle nous donnera des c…

cadenas

Cet article est réservé aux abonnés Happyneuron Academy

Pour lire les 80% restants, abonnez vous !

ACCÈS GRATUIT

logo
  • check

    Accès illimité dans le temps à l'Happyneuron Academy

  • check

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check

    Accès aux articles ouverts à tous

  • cross disabled

    Accès aux contenus premium

  • cross disabled

    Tarifs réduits sur les formations

JE M'INSCRIS GRATUITEMENT

En savoir plus

EN DEVENANT Abonné

premium
  • check white

    Accès illimité dans le temps à l'Happyneuron Academy

  • check white

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check white

    Accès aux articles ouverts à tous

  • check white

    Accès aux contenus premium

  • check white

    Tarifs réduits sur les formations

Je m'abonne

Réservé uniquement
aux orthophonistes professionnels

Cet article vous intéresse ?
Allez plus loin et découvrez nos suggestions sur ce thème.