Article
  • Troubles neurodéveloppementaux
  • -
  • Langage écrit
  • -
  • Psychologie

L'évaluation de l'estime de soi

L’estime de soi d’un enfant se construisant donc à partir des expériences que l’enfant rencontre à l’école ou dans sa vie familiale et la lecture étant un des apprentissages fondamentaux à l’école, fortement valorisée dans notre société scripto-centrée; les enfants qui ne la maîtrisent pas vivent régulièrement des expériences négatives liées à leur relation à l’écrit. L’orthophoniste, en tant qu’interlocuteur privilégié de l’enfant, gagnerait à investiguer le niveau d’estime de soi de ses patients.

thumbnail

D'où vient cet article ?

Cet article provient de la Happyneuron Academy, un espace personnalisé de Ressources, de Formations et de Partage d'expérience dédié aux orthophonistes !

thumbnail

Différents modèles de l’estime de soi existent, pouvant être uni ou multidimensionnels. Les premiers modèles théoriques du concept ou estime de soi sont apparus dans les années 70 à partir du postulat de l'existence d’un seul facteur général pouvant rendre compte du concept de soi et donc qu’un seul facteur pouvait régir et dominer les autres (à l’instar des modèles de l’intelligence de Spearman dans lesquels le facteur G était censé représenter l’intelligence générale). On considérait l'évaluation de l'estime de soi par l’enfant comme une appréciation globale de l’enfant sur lui-même, sans variation selon les différents domaines, avec pour conséquence que l’échec dans un domaine spécifique impactait donc l’estime de soi dans sa globalité (Coopersmith, 1967 ; Rosenberg, 1979 ; Bariaud, 2006).


Sont apparus dans les années 80 les modèles multidimensionnels, dans lesquels l’évaluation considère plusieurs domaines spécifiques fortement reliés entre eux (Byrne, 1984; Marsh et Shavelson, 1985). Dans cette approche, on envisage une variation de jugement de la part de l’enfant selon l’importance qu’il accorde aux différents domaines concernés, éclairée par le concept de “sentiment de compétence" (Bandura, 1977, Harter 1982). Dans cette approche, il apparaît donc que le concept de soi n’est pas figé mais en perpétuel changement puisque le nombre de domaines dans lesquels l'individu peut se constituer un sentiment de satisfaction ne cesse d’évoluer au cours de la vie, et la perception de soi dans  ces différents domaines est également mouvante. 


L’estime de soi d’un enfant se construisant donc à partir des expériences que l’enfant rencontre à l’école ou dans sa vie familiale et la lecture étant un des …

cadenas

Cet article est réservé aux abonnés Happyneuron

Pour lire les 80% restants, abonnez vous !

ACCÈS GRATUIT

logo
  • check

    Accès illimité dans le temps à Happyneuron

  • check

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check

    Accès aux articles ouverts à tous

  • cross disabled

    Accès aux contenus premium

JE M'INSCRIS GRATUITEMENT

En savoir plus

EN DEVENANT Abonné

premium
  • check white

    Accès illimité dans le temps à Happyneuron

  • check white

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check white

    Accès aux articles ouverts à tous

  • check white

    Accès aux contenus premium

Je m'abonne

Réservé uniquement
aux orthophonistes.

Cet article vous intéresse ?
Allez plus loin et découvrez nos suggestions sur ce thème.