Billet
  • Mémoire
  • -
  • Adulte

Les mémoires exceptionnelles (5/5) : chiffres et calcul

-

Si le psychologue Alfred Binet (1857-1911), inventeur du QI, a étudié les processus cognitifs des joueurs d’échecs dont nous avons parlé dans le billet précédent, il s’est aussi intéressé aux grands calculateurs, en particulier Jacques Inaudi (1867-1950).

thumbnail

D'où vient cet article ?

Cet article provient de l'Happyneuron Academy, le lieu d'apprentissage digital dédié aux orthophonistes. Accédez gratuitement à votre plateforme de formation, d'échange et de veille professionnelle, réservée aux orthophonistes en suivant le lien à la fin de cet article.

thumbnail

Les prodiges de la mémoire des chiffres


Jacques Inaudi a été le premier grand calculateur scientifiquement étudié. Né au Piémont, son don se serait développé au contact des moutons qu’il gardait. Loin de l’endormir, ceci lui a permis d’atteindre une renommée considérable en France où il vécut toute sa vie. Sa vitesse de mémorisation des chiffres était saisissante : de 36 chiffres en 1 minute et 30 secondes jusqu’à 107 chiffres en 12 minutes. En quelques instants, Inaudi réalisait avec précision l’addition ou la soustraction de nombres de plus de vingt chiffres, la multiplication et la division de nombres élevés, ainsi que l’élévation au carré de nombres de plus de quatre chiffres. Il pouvait répéter à l’endroit ou à l’envers une série de 25 chiffres, sans erreur et surtout sans effort apparent. Il résolvait en vingt et une secondes la multiplication 6241 x 3635. Inaudi en fit son métier, se produisant dans des foires puis des théâtres. De nombreux scientifiques l’ont étudié dont les médecins Paul Broca et Jean-Martin Charcot, le mathématicien Gaston Darboux, et finalement le psychologue Alfred Binet. Ils déterminèrent que contrairement à la plupart des calculateurs qui voient mentalement les chiffres et les nombres, Inaudi les entendait mentalement, ils résonnaient dans son cerveau avec son propre timbre de voix, et ceci persistait chez lui toute la journée, facilitant apparemment leur enregistrement définitif. Le cas Inaudi démontra l’existence de mémoires partielles, indépendantes les unes des autres, chacune pouvant s’affaiblir ou s’hypertrophier sans conséquences comparables pour les autres. « La » mémoire n’existe pa…

cadenas

Cet article est réservé aux abonnés Happyneuron Academy

Pour lire les 80% restants, abonnez vous !

ACCÈS GRATUIT

logo
  • check

    Accès illimité dans le temps à l'Happyneuron Academy

  • check

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check

    Accès aux articles ouverts à tous

  • cross disabled

    Accès aux contenus premium

  • cross disabled

    Tarifs réduits sur les formations

JE M'INSCRIS GRATUITEMENT

En savoir plus

EN DEVENANT Abonné

premium
  • check white

    Accès illimité dans le temps à l'Happyneuron Academy

  • check white

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check white

    Accès aux articles ouverts à tous

  • check white

    Accès aux contenus premium

  • check white

    Tarifs réduits sur les formations

Je m'abonne

Réservé uniquement
aux orthophonistes professionnels

Cet article vous intéresse ?
Allez plus loin et découvrez nos suggestions sur ce thème.