Article
  • Développement personnel
  • -
  • Partage d'expérience
  • -
  • Adulte
  • -
  • Enfant

EBP, et si nous en parlions !

-

Depuis plusieurs années maintenant, l’EBP revient dans la plupart de nos discussions orthophoniques, générant engouement, questionnement, défiance parfois. Souvent, sans le savoir, nous "faisons" de l’EBP, mais nous n’avons juste pas apposé cette étiquette sur notre façon de fonctionner. Avec la démocratisation de cette pratique, ce sigle donne lieu à une sorte de dichotomie dans la profession entre “ceux qui pratiquent l’EBP” et “ceux qui ne la pratiquent pas”, et cet acronyme est devenu pour certain une source d’anxiété voire de culpabilité. Si des grands principes régissent cette façon de fonctionner et de réfléchir, comprenant des étapes, des procédures, comme toute "méthode" : il faut d’abord s’approprier les concepts, rester souple et bienveillant face à sa pratique et fonctionner pas à pas. Si l’on prend un peu de recul ce n’est ni plus ni moins qu’une méthodologie de réflexion nous permettant de formaliser notre pratique, et qui est donc accessible à tous. L’EBP s'inscrit réellement dans une démarche de développement professionnel.

thumbnail

D'où vient cet article ?

Cet article provient de l'Happyneuron Academy, le lieu d'apprentissage digital dédié aux orthophonistes. Accédez gratuitement à votre plateforme de formation, d'échange et de veille professionnelle, réservée aux orthophonistes en suivant le lien à la fin de cet article.

thumbnail

L’EBP c’est quoi ?


L’EBP ou Evidence Based Practice  (entendez par là : pratique basée sur la preuve) est dérivée de l’EBM : Evidence Based Medicine décrite par Sackett dès les années 90.


Elle est définie comme:


« L’utilisation consciencieuse et judicieuse des meilleures données actuelles de la recherche clinique dans la prise en charge personnalisée de chaque patient. » Aspects éthiques de la médecine factuelle (ebm), Philippe Bizouarn, Dans Traité de bioéthique (2010), pages 728 à 741


Depuis des années, elle est utilisée par d’autres professionnels de santé médicaux ou paramédicaux dans l’idée d’intégrer une démarche d’évaluation des pratiques professionnelles dans leur clinique. Elle est devenue obligatoire depuis 2017, lorsque l’HAS, afin de pallier le décalage important entre les connaissances scientifiques et les pratiques (et dans un objectif d'amélioration des soins), a exigé la mise en place de méthodologies spécifiques. En 2005 déjà, l’ASHA (American Speech-Language-Hearing Association), la principale association professionnelle américaine en orthophonie, avait recommandé d'intégrer les principes de la pratique fondée sur des preuves dans les décisions cliniques.


En tant que cliniciens, nous sommes régulièrement confrontés au doute et à des incertitudes sur les choix que nous opérons pour nos patients. L’usage de l’EBP a pour objectif de diminuer cette incertitude. Outre le côté rassurant de savoir que ce que l’on fait est “validé”, l’EBP permet de justifier du bien fondé d’une remédiation orthophonique, de son efficacité, de la solidité de ses assises, et en écho de valoriser l’orthophonie et l’importance du remboursement des soins (puisque la seule expertise du clinicien ne semble plus entièrement suffisante). 


Chaque clinicien, vous comme moi, est soucieux d'offrir à ses patients la meilleure prise en charge possible, de pouvoir mesurer les progrès réalisés, tout en tenant compte des spécificités de chacun de nos patients et de leurs préférences. C’est exactement ce que propose l’EBP en s’appuyant sur 4 piliers qui sont d’importance égale :


- le pilier recherche /  preuves externes (les données scientifiques lues et critiquées sur lesquelles s’appuyer, issues de synthèses ou de guides de bonne pratique), 

- le pilier expertise / preuves internes (les compétences et les savoirs du clinicien, ce qui est différent de la simple expérience professionnelle), 

- le pilier patient / préférences du patient (inclure le patient dans les décisions, l'informer de façon correcte et complète, prendre en compte ses préférences et ses caractéristiques individuelles), 

- le pilier Contexte, (le cadre législatif et administratif qui influencera évidemment nos choix thérapeutiques). 


C'est le point de rencontre entre ces quatre items qui aboutit à la prise de décision clinique. 


Cette prise de décision, à travers le prisme de l’EBP, se fait en 5 étapes :


1-  Formuler une problématique claire et précise au travers de la fameuse question PICO (P : Patient/Problème, I :  Intervention, C : Contrôle/Comparaison, O : Objectifs).

2-  Interroger les données scientifiques récentes et pertinentes en lien avec la problématique formulée.

3-  Effectuer une évaluation critique des données extraites de la littérature (fiabilité, analyse statistique, application possible sur le terrain…) en les confrontant avec son expérience clinique.

4-  Effectuer une synthèse de ces données afin d’établir un projet thérapeutique.

5-  Vérifier l’efficacité du projet de soins mis en place (ajouté par Strass et al, 2011) par le biais de lignes de bases, par exemple. 




Euh…et en vrai ça donne quoi ?


Sur le papier, ce sont de beaux mots et tout a l’air facile, mais en pratique, il n’est pas évident de savoir par où commencer.


Reprenons chacun des 4 piliers :


1/ Commençons par les preuves internes :


Ce n’est ni plus ni moins que votre expertise en tant qu’orthophoniste et donc les connaissances issues de votre formation initiale, de vos formations continues, de vos lectures, de vos prises en charge antérieures. L'EBP n’est pas uniquement une démarche basée sur des preuves issues de la recherche, et c’est d’ailleurs une erreur de concevoir l’EBP comme une pratique niant l’expertise du clinicien ou mettant à mal son intuition clinique ou sa réflexion. Elle remet justement le clinicien à sa juste place d’expert (mais non surplombant) en alliant sa réflexion et son expertise aux données scientifiques et à son patient. Il faut l’envisager comme un pont entre cliniciens et chercheurs, comme un chemin pour que le clinicien deviennent à son tour un générateur de preuves. Cette expertis…

cadenas

Cet article est réservé aux abonnés Happyneuron Academy

Pour lire les 80% restants, abonnez vous !

ACCÈS GRATUIT

logo
  • check

    Accès illimité dans le temps à l'Happyneuron Academy

  • check

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check

    Accès aux articles ouverts à tous

  • cross disabled

    Accès aux contenus premium

  • cross disabled

    Tarifs réduits sur les formations

JE M'INSCRIS GRATUITEMENT

En savoir plus

EN DEVENANT Abonné

premium
  • check white

    Accès illimité dans le temps à l'Happyneuron Academy

  • check white

    Possibilité de s'inscrire à n'importe quelle formation

  • check white

    Accès aux articles ouverts à tous

  • check white

    Accès aux contenus premium

  • check white

    Tarifs réduits sur les formations

Je m'abonne

Réservé uniquement
aux orthophonistes professionnels

Cet article vous intéresse ?
Allez plus loin et découvrez nos suggestions sur ce thème.